AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Katja Austerlitz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Katja Austerlitz

Membre de l'équipe de Quidditch Poufsouffle
Membre de l'équipe de Quidditch Poufsouffle
avatar

Patronus : Un kangourou
Loisirs : Séries + jeux vidéo = Life


MessageSujet: Katja Austerlitz Lun 1 Aoû - 18:01


Katja Austerlitz


POU-DU-LARD

Le Personnage


• Âge : 17 ans
• Sexe : Une femme
• Sexualité : Lorsque vous aurez deux heures devant vous, vous lui demanderez...
• Parents : Misha Austerlitz et Nathalie Lamontagne (moldus x2)
• Pays d'Origine : France (Starsbourg) - Allemagne
• Date de naissance : 9 octobre
• Baguette : Bois de chêne. Elle mesure 39,5 cm et contient un poil de licorne. (Merci, générateur de baguette!)
• Maison : Au choix :D



& vous ? D'où venez vous ? ஃ

• Votre Pseudo: Fa
• Votre Âge: 20 et quelques poussières (je crois que j'aurai 23 dans deux semaines, mais passé le cap du 20 j'ai arrêter de compter...)
• Votre Niveau de Rp: Je dirais qu'il est bon, environ 13 ans d'expérience avec de longues pauses. Meilleure en RP qu'en fiche :I
• Où avez vous trouvé le forum ? : Il y avait un lien qui trainait sur facebook.

• Code : [ ok ]


Citation

Je n'ai pas choisis le fandom. Le fandom m'a choisi et ne me laisse plus partir...




Votre Histoire
.


Je tiens à m’excuser aux pauvres personnes que j’ai blessées plus jeune. On fait tous des choses que l’on regrette. Avec les années qui défilent, j’espère me rattraper un brin. Je ne veux pas vraiment que vous m’appréciiez davantage, juste que vous compreniez un brin…

0-6 ans
Je suis née entre la France et l’Allemagne, quelque part dans les alentours de Strasbourg. Je ne suis pas certaine ; mes parents m’épargnent toujours les détails sur mes six premières années. Je crois avoir compris qu’ils ont dû se rencontrer sur une histoire d’une semaine et de se lier presque tout de suite. Maintenant que je suis plus vieille, je pense pouvoir vous assurer que leur relation n’était pas très stable. Ma mère passe le travail avant tout, mon père a dû avoir quelques maitresses, ce qui ne plaisait pas tant à ma mère. Ils n’avaient jamais emménagé ensemble, se voyant quelques fins de semaine par mois. Mais bon, au moment de ma naissance, mon père a décidé de prendre ses responsabilités – à sa manière. Comme ils vivaient dans deux pays, ce fut un peu compliqué au départ. Je vivais un an en France, un an en Allemagne, jusqu’à mes quatre ans, en échangeant dans les grandes vacances, je crois. Inutile de préciser que je n’en garde aucun souvenir. Ma mère voulait que je rentre à l’école, et j’aurais dû rentrer à l’école au moins à mes trois ans selon elle (faut comprendre, en France on est scolarisé bien plus tôt). Mon père n’aimait pas l’idée, et tentait de retarder l’entrée à l’école (parce qu’un enfant dans une école, ça ne se trimbale pas si facilement en Allemagne, faut croire).

Puis, ma mère eut un poste en Angleterre, pays que pourtant elle aimait bien ridiculiser allègrement. Mais l'augmentation était bonne, donc eh. Ils décidèrent d’aller s’y installer à deux, d’habiter ensemble, et de m’élever, pour le meilleur et pour le pire. Surtout le pire.
Et ils n’eurent d’ailleurs jamais d’autres enfants. Aujourd’hui, ils ont chacun un conjoint et une conjointe de leur côté, mais restent tout de même ensemble. Mais bon, ça a ses avantages, d’être enfant unique (notez mon sarcasme). Je fus ce qu’on peut appeler un enfant gâté. Tout ce que je voulais, je l’avais. Direct dans le bec! Je voulais surtout de l’attention… Donc je brisais les machins chers et je hurlais pour en avoir des encore plus chers. Et ça fonctionnait, nom de Dieu! (j’ai honte dix ans en retard).

Juste pour que l’on soit clair; un enfant aime ses parents. Certains ont peur des leurs, et c’est vraiment dommage. Moi, je les adorais. Ils n’ont jamais été méchants. J’étais simplement peinée, certaine que je vivais un certain évitement de leur part. J’ai découvert, plus tard, que j’avais un problème d’attachement. Donc, en gros, jeune, j’agissais comme ce que vous désignez comme les pires enfants de la terre. Je les rejetais, en me sentant rejeté. Je demandais de l’attention de la pire manière possible. Bon, je ne m’étendrai pas trop là-dessus.

6-11 ans
Très jeune, je tombais dans l’amour des «machins du diable» (paroles de ma mère), soit les jeux vidéo, l’ordinateur et la télévision haute définition. Elle me les offrait tout de même, me tenant ainsi occupée les soirs de semaines et les fins de semaine. Elle se vantait à ses amies pompeuses que j’étais une enfant si facile, et les autres bonnes femmes en étaient bien jalouses. Mais oui, j’étais facile ; scotch un enfant à un écran et tu n’auras jamais de problèmes (sauf pour l’heure du manger…). À huit ans, je rigolais des pauvres petites âmes qui n’avaient pas d’argent. Je riais d’eux pour leur foutu diner en famille et leurs grandes aventures dans le parc avec leurs frères et sœurs. Je crois que j’étais frustrée, mais je ne savais pas vraiment pourquoi. Mon problème d’attachement débuta plus fortement dans ces années-là. J’ai eu une amie, la plus gentille de toutes les filles de l’école, qui –croyez-le- a tout fait pour rester près de moi. Mais dès l’arrivée de l’été, je fus méchante, je la fuyais, je la traitais de noms. Je ne voulais plus la voir. Je n’ai jamais compris pourquoi. Le psy explique ceci par ; mon problème d’attachement me fait vouloir couper les ponts avec toute personne avant que ceux-ci ne le fassent eux-mêmes. Comme je voyais l’été arriver, que l’on ne se verrait plus… Bref, ça ne se contrôle pas, je vous l’explique, en essayant d’être détachée de ma cause, sauf que… Je vous souhaite juste de ne jamais connaître un problème non visible et de devoir essayer de l’expliquer.

Je n’avais pas l’occasion d’expérimenter les émotions humaines. Je me repris vers mes neuf ans, plus fluide en lecture, au travers les romans. Je découvrais des émotions que je n’avais jamais pensé ressentir. L’empathie, le sentiment de fraternité, d’appartenance, le deuil de personnages. Ce fut un peu un choc. J’en redemandais, encore et toujours. Je fus pendant quelques années un rat de bibliothèque, mais je gardais près de moi les jeux vidéo. J’ai été de moi-même voir le psy de mon école. Il a vu tout de suite un problème familial, et en creusant, le diagnostic de mon problème d’attachement (qui a un autre nom, mais attachement, c’est cute). Peut-être un ADD sans hyperactivité, mais ce diagnostic-là, le trois quarts de la terre pourrait l’avoir, alors j’ai fait comme si de rien était.
Puis, vous vous en doutez, puisque je vous en parle, vint la lettre.

Comment dire? Vous savez, un truc si banal qu’une lettre qui détruit momentanément votre vie? Sans même le savoir, j’avais une vie tracée devant moi. Une vie que je n’aimais pas, mais que je ne remettais pas en question. À onze ans, on grandit, on change, et le plus terrifiant à ce moment c’est «est-ce que je vais avoir des gros seins?» (ou pas, mais si vous pensez vraiment à des choses mieux que ça, ben tant mieux pour vous, eh). Et aussi pourquoi j’ai pas d’amis? Personne ne m’aime bouhouhouuu (avec un font de pensée assez gros qui te crie que tu es le problème).

Alors quand on vous dit eh, tu vas être une sorcière! C’était. Réjouissant intérieurement pour moi. Le véritable chaos pour ma mère.
Je ne veux pas vraiment relater cet été-là. Entre les chicanes, les bousculades, les millions d’appels de ma mère parce que, bien sûr, c’était une blague nulle de ses amies (oupas), je n’ai pas vraiment apprécié cet été. Je me rappelle qu’à la fin, j’ai été voir quelques jeunes de mon école, pour m’excuser. Je n’avais pas encore réalisé à quel point ce que j’avais fait était mal, mais je ne les reverrai plus, et je me suis dit que c’était la meilleure chose à faire, partir en laissant un peu retomber les mauvaises manières.

11 - the end of the world
La suite, j’ai fait mes années à Poudlard. Ce qui aurait dû être l’expérience la plus formidable de ma vie ne le fut pas vraiment. Je suis une éternelle insatisfaite. Je vis de mes séries, de mes jeux, de mon imaginaire. Pourtant, la magie, c’est cool me direz-vous? Je n’ai jamais vécu de formidables aventures, je suis dans une école comme tous jeunes vont à l’école. Tous les étés, je reste scotchée à mes séries (oui, maintenant mon dada c’est les séries). Et puis, ne le dites pas à mes camarades, mais j’ai un paladin et un mage niveau 100.
D’ailleurs, je ne me fais pas tant d’amis et je n’arrive pas à les garder. Mais j’ai pu beaucoup travailler sur moi durant ces années, et je crois que je suis une meilleure personne. Vraiment!
Laissez-moi une petite chance de me rattraper…





Votre Caractère
.


Si vous me voyez, vous direz de moi que je suis lunatique. Je ne suis pas lunatique ; je suis très avisée de ce qui se passe autour de moi. Je trouve simplement mon univers mental plus intéressant que les cours, les diners, les conférences, les simples balades dans les corridors, etc. Je suis une personne généreuse. Je vous l’assure, j’ai développé avec les années une envie de partager. Je partage tout, ou presque. Disons que je partage surtout les biens matériels. Je ne partage pratiquement rien de personnel. J’ai du mal à vous parler de moi et encore plus tout ce qui se passe dans ma tête. Mais j’aime bien entendre parler de vous, en revanche. De votre passé, de vos angoisses et ennuis. J’aime bien les gens. Ils sont plus intéressant que ce que je le croyais plus jeune. Je déteste entendre quelqu’un dire que les gens souffrent ou pleurniche pour des petites choses. Il n’y a pas de petites choses, que des gros cailloux dans la vie de gens qui ont tant à nous apprendre. Je crois que je devrais orienter ma carrière en psychologie… Oui, je sais, un travail de «moldu», mais je n'ai absolument rien contre les moldus, au contraire! Par contre, j’ai du mal à m’attacher aux gens. Ça me fait peur, je les repousse. On peut être amis, mais de loin. Ou vous pouvez venir me voir pour jaser de vos problèmes et ne plus jamais revenir, c’est gagnant gagnant! Les gens aiment mieux se confier à des inconnus, croyez-moi… Et je ne vous en voudrai jamais pour ça!

Je suis une personne capable ; vous ne le voyez pas vraiment car j’ai des notes plutôt faible. Mais c’est que je n’y voit pas le bout du tunnel. La journée où réussir un cours avec de bonnes notes me donnera quelque chose que je veux, vous ne verrez jamais quelqu’un passez de notes bof à des notes exceptionnelle aussi rapidement que moi. Tout ce que je veux, je le peux. Le problème, c’est que je ne veux pas souvent, que je ne sais pas encore mes buts dans la vie, qu'il me semble que mis à part vouloir vivre dans un autre univers parallèle avec beaucoup d'actions et des épées ou dans cet univers avec plus de péripéties que l'école... Je ne sais pas. Et je procrastine. Beaucoup.

Ah, oui, il parait aussi que j’aime le sarcasme, l’humour noir ou tellement nul que personne sourcille. J’aime encore plus les blagues pipi-caca. J’ai un visage rieur, ce qui attire parfois les gens, et ça me fait un peu de peine d’attirer les gens. Surtout les gens qui touchent tout le temps. Les bras, le dos, prendre une photo collé collé. Je n'aime pas me faire toucher sans que l'on m'ai demander avant. Grr.

Je déteste les gens qui disent des choses sans fondement, sans avoir chercher, ou ceux qui croient tout ce qu’ils entendent et lisent sans se questionner davantage. Je vous hais.





Votre Physique
.


Dans la rue, on me dit toujours que l’on a l’impression que l’on me connait. Avec le temps, j’en ai donc déduit que j’avais un visage générique, s’appartenant à la majorité visible des femmes blanches avec cheveux bruns. J’ai les cheveux presque dociles, tellement fins qu’il n’y a pas grand-chose à faire avec ces chenapans, mais assez de cheveux pour qu’ils se retrouvent constamment dans ma bouche, sur le sol, dans les assiettes des autres, partout! C’est la domination du monde par mes cheveux! Assez long aussi, personne ne les coupe, pas même en blague, parce qu’en retour de blague je vous fiche la tête dans une toilette. J’aime bien mettre des barrettes dans mes cheveux.

Je suis assez coquette; j’aime des beaux accessoires ou des beaux vêtements lorsque je ne porte pas l’uniforme. Je me shampouine très longtemps, je mets un peu de couleur sur les yeux. Parfois un peu de gloss, mais je ne suis pas tellement miss maquillage ici.
Mes yeux sont bleus. Inutile de m’arrêter pour me dire «woah, tes yeux sont bleu!», je le sais, j’ai un miroir. Et même si j’en avais pas, on me le dit assez souvent, merci bien.

Je suis moyenne, pas petite, mais les garçons me semblent tous assez grands. J’ai un petit ventre, des mini bras et des mini poignets. J’aime bien les poignets, regarder les poignets des gens est mon petit amusement personnel. Ça et l’odeur, j’ai le nez assez fin pour ne pas tant apprécier les odeurs fortes. Et pas de blague sur les Français qui ne se lavent pas, ma mère se lave et je n’ai jamais connu de ses amies qui ne se lavent pas.

À la maison, on parle français et allemand. Au début de l’année scolaire, j’ai donc un léger accent, qui disparais vers début de noël, réapparait après les vacances et s’en va vers avril de nouveau. J’y peux rien, mais je ne suis pas la seule à vivre avec plusieurs langues, donc mon accent semble très banal à comparer de d’autres élèves.




Signe Particulier
.


Petite tache de naissance dans le cou, derrière les cheveux, en forme de coccinelle sans pattes. Oui, un ovale brun. Merci /o/
-Merci aux enseignants lisant les listes de noms de prononcer KATIIIAAAAA pas katjjjjaaaaa èwé

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katja Austerlitz

Membre de l'équipe de Quidditch Poufsouffle
Membre de l'équipe de Quidditch Poufsouffle
avatar

Patronus : Un kangourou
Loisirs : Séries + jeux vidéo = Life


MessageSujet: Re: Katja Austerlitz Lun 1 Aoû - 19:13

Voilà /o/
Promis, je ne rp pas à la première personne, j'avais juste envie de présenter différemment de mon habitude, ou quelque chose du genre.
Bonne journée!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Choixpeau Magique

Admin
avatar



MessageSujet: Re: Katja Austerlitz Lun 1 Aoû - 23:44

Quand tu le veux, tu peux, tu l'as dit toi-même. C'est pour te voir entourée de personne qui t'aideras que je t'envoie à POUFSOUFFLE

☆·.¸¸.·´¯`·.¸¸.¤ ~ ๑ °
Oseras-tu, Invité, aller contre ta propre volontée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pou-du-lard.forums-rpg.com
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Katja Austerlitz

Revenir en haut Aller en bas

Katja Austerlitz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Austerlitz
» LE SOLEIL D'AUSTERLITZ - 1805
» Austerlitz le film avec pierre Mondy!!!!!!!!!!!!
» mémorial pour les chevaux tués à Austerlitz
» zoom sur MURAT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pou du Lard :: αdмιɴιѕтrαтιoɴ :: Présentation :: Élèves :: Fiche Validées, Poufsouffles-